Né à Vétroz le 26 mars 1938, Jean-Bernard ne tarde pas à quitter sa famille pour entreprendre des études au Collège de l’Abbaye de Saint-Maurice où il obtient son certificat de maturité en 1957. La même année, il entre à l’Abbaye comme novice. Le 8 septembre 1962, il est ordonné prêtre par Mgr Haller dans la Basilique des Martyrs d’Agaune. Il couronne ses études à Fribourg et à Rome par une licence en théologie en juin 1963.

Commence alors pour lui son activité auprès des étudiants, d’abord à l’Ecole de Commerce de Sierre, puis dès 1966 au Collège de l’Abbaye et à l’Internat. C’est là qu’il se donne avec simplicité et bonne humeur à sa mission d’éducateur des jeunes comme professeur d’allemand et de catéchèse et aussi comme préfet de l’Internat. Au milieu des élèves comme au sein de l’équipe de l’Internat, véritable artisan de paix, il sait détendre l’atmosphère et pacifier les esprits par ses bons mots et même par ses facéties mémorables.

Sur ces entrefaites, il fait la connaissance d’Hugo Wöstemeyer qui visitait le trésor de l’Abbaye de Saint-Maurice. Un fort courant de sympathie rapproche ces deux hommes. Hugo Wöstemeyer, épris d’un idéal de paix, avait fondé en 1959 avec son épouse Christel le JAW (Jugendaustauschwerk) dont le siège se trouvait à la Droste-Haus à Verl en RFA. Cette organisation avait pour but de favoriser les rencontres de jeunes de tous les pays, de leur apprendre à vivre ensemble, à mieux se connaître et par ce moyen à travailler à l’établissement de la paix si souvent mise en danger dans notre monde. Sans hésiter, Jean-Bernard adhère à ce généreux projet. Dès 1971, et sans interruption, chaque été, il organise infatigablement les séjours de jeunes collégiens du Valais et de la Suisse romande dans les familles d’accueil à Verl (Nordrheinland-Westfalen) avec au programme des voyages culturels à Berlin, à la Mer du Nord et à Cologne.

Depuis près de trente ans, ce sont des centaines de jeunes qui ont vécu cette expérience inoubliable. Des groupes de jeunes allemands viennent aussi régulièrement en Valais et Jean-Bernard se dépense sans compter pour les accueillir et agrémenter leur séjour dans notre canton.

Jean-Bernard participe également à la  » Marche européenne de la paix  » qui conduit les pèlerins à travers toute l’Europe et notamment en Suisse où, le samedi 22 octobre 1988, un chêne, originaire de Verl, est symboliquement planté près de la chapelle de Vérolliez, sur le champ des martyrs d’Agaune. Malheureusement, une maladie sournoise minait Jean-Bernard. Elle le frappe brutalement en 1989. Une première opération chirurgicale apporte une rémission bienvenue et permet même à Jean-Bernard de se vouer encore à un ministère pastoral fort apprécié des paroissiens de Leysin, mais, très affaibli par sa maladie, Jean-Bernard est enlevé bien trop tôt à l’affection de sa famille et de ses nombreux amis.

Le 27 novembre 1992, ferme dans la foi, il entre dans la joie de son Maître.